Découvrez le parcours de Mme Fatimata BA

CALISTA : une communauté avant tout !

Interview avec Mme Fatimata BA

Mme Fatimata BA, tout d’abord bonne année à vous ! Nous vous souhaitons le meilleur et sommes heureux de vous nommer employé(e) du mois de janvier ! Vous avez été notre première technicienne chez CALISTA.

À vous aussi et beaucoup de santé. Je suis ravie et encore merci à vous.

Quelle a été votre retour d’expérience vis-à-vis de CALISTA Intérim ?

Chez CALISTA, j’étais très contente. On ne m’a absolument pas jugée parce que j’étais une femme. Bien au contraire, l’équipe m’a dit qu’elle était fière de me compter parmi ses effectifs ! J’ai été très bien accueillie lors de mon entretien. On m’a d’ailleurs dit que j’étais la première technicienne en poste. Pour moi, c’est une très bonne agence d’intérim : tout a été parfait au niveau de la supervision. Chapeau à vous et l’équipe !

Recommanderiez-vous CALISTA à vos amis, proches ou collègues de formation ?

Bien sûr ! J'ai d'ailleurs bien reçu votre offre de parrainage et je ne manquerais pas de vous recommander auprès de mes contacts.

D’ailleurs, pourquoi avez-vous choisi ce parcours professionnel en tant que technicienne réseaux et télécommunications ?

J’ai toujours été passionnée de téléphonie et de réseaux. Je suis de Mauritanie et c’était une des rares écoles ouvertes pour former des techniciens réseaux. Je me suis dit que très peu de femmes choisiraient cette branche et que j’avais toutes mes chances.

Vous avez passé votre formation initiale en Mauritanie ?

Effectivement, j’ai passé un concours équivalent au niveau bac. Je l'ai réussi, ce qui m’a permis de faire 2 ans de formation en tant que technicien(ne) supérieur(e) en télécommunications. J’ai pu bénéficier d’un accord convenu entre mon école et l’État pour que ma formation soit intégralement payée, mais je devais ensuite travailler pour la Mauritanie.

Pour tout vous dire, cette première expérience dans le monde du travail n’a absolument pas été simple pour moi.

Qu’est-ce qui n’a pas été simple pour vous ?

On m’a sans cesse répété que ce métier n’était absolument pas fait pour les femmes. On m’a souvent demandé pourquoi j’avais choisi cette formation plutôt que de travailler en banque ou en assurance, qui sont des formations et des métiers « plutôt faits pour les femmes ». Mais j’avais pour but de prouver que j’étais toute aussi capable qu’un homme. Et puis ce métier, c’est vraiment une passion pour moi !

Quelle a été la plus grosse difficulté de votre vie professionnelle en tant que femme technicienne ?

Quand je travaillais en Mauritanie, j’étais responsable. Je manageais plusieurs techniciens, je les dirigeais et choisissais de les garder ou non au sein de mon équipe. Au départ, c'était difficile d’imposer mes choix et de me faire respecter. Avec le temps, ils ont constaté que j’avais les compétences.

Quand vous êtes arrivée en France, avez-vous rencontré des difficultés ?

Quand je suis arrivée en France, j’ai dû faire une formation pour avoir une équivalence. Je me suis spécialisée en réseaux de télécommunications pour les entreprises. Pendant cette formation, j’étais la seule femme. J’ai tenu bon et je suis restée jusqu’à la fin malgré les a priori des collègues.

Vous avez été courageuse ! Votre dernière expérience professionnelle s’est bien passée ?

Elle ne pouvait pas mieux se dérouler !

Bien sûr, j’ai passé des tests de compétences qui ont été positifs. J’ai été placée dans une entreprise du groupe VINCI. J’étais là pour remplacer un technicien qui partait en congés. Il semblait un peu inquiet de me laisser les rennes, mais je me suis montrée opérationnelle immédiatement.

Quels ont été les retours de la part de votre responsable ?

Je suis restée jusqu’au retour de la personne que je remplaçais. Celle-ci m’a remercié et confié que j’avais fait le travail comme elle l’aurait fait. Je suis ravie d’avoir pu travailler pour VINCI dans de telles conditions et d'avoir bénéficié de la reconnaissance de mes collègues.

Quel serait le conseil que vous pourriez donner à une femme qui souhaite devenir technicienne ?

Il faut qu’elle s’accroche et quelle s’habitue à un rythme de travail soutenu. Le regard des autres n’est pas toujours simple au départ. Il faut s’armer de beaucoup de courage. Heureusement, j’ai eu la chance d'avoir des collègues qui se sont montrés bienveillants et qui n'ont jamais tenu de propos déplacés.

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière professionnelle ?

J’attends un heureux évènement : une petite fille pour mi-février ! J'aimerais continuer mes études en tant qu’administrateur réseaux, à moins de trouver un poste qui me conviennent vraiment, en particulier un CDI. J’ai envie d’acquérir de l’expérience. Dans ce métier, elle fait toute la différence : pratiquer permet de rester « update ».

Toute l’équipe CALISTA se joint à moi : nous vous envoyons tous nos vœux de bonheur pour l’arrivée de votre petite fille !

Retour à la page communauté